Messages du président et de la vice-présidente

Paul Hoffert

Président
L’année 2015 a été palpitante, marquée par l’évolution constante de la production, de la distribution et de la consommation de la programmation sur de nombreuses plateformes. Le Fonds Bell a soutenu l’industrie de la production du Canada en accordant des subventions à 48 entreprises de production indépendante de langue anglaise et 15 de langue française pour des émissions de télévision présentées sur 25 chaînes de langue anglaise et 15 de langue française. Nous sommes fiers d’appuyer un éventail diversifié de producteurs et de diffuseurs et nous sommes toujours à la recherche de nouveaux partenariats.

L’ère numérique, porteuse de transformation, représente un moment passionnant de notre histoire. Nous avons la possibilité d’aborder une ère où la technologie se développe à un rythme sans précédent, de nous concentrer sur les innovations qui façonneront d’intéressantes nouvelles expériences interactives et d’exploiter de nouvelles possibilités qui définiront notre avenir.

Au cours de cette période de changement, le Fonds Bell reste déterminé à poursuivre son engagement envers l’excellence en consolidant ses partenariats stratégiques avec des chefs de file canadiens qui innovent en matière de contenu multiplateforme dans les médias numériques et à la télévision. Nous vouons tous nos efforts à la production de contenu de qualité en accordant du financement aux meilleurs créateurs par le biais de nos programmes de financement, tout en favorisant la prise de risques et l’excellence et en stimulant l’économie créative du pays.

Nous avons été encouragés par le très grand nombre de nouveaux projets reçus en 2015. Au cours de la dernière année, nous avons investi 16 383 579 $ dans 168 nouveaux projets en provenance de Terre-Neuve-et-Labrador, du Québec, de l’Ontario, de la Colombie-Britannique, de la Nouvelle-Écosse et de l’Alberta. Ces nouveaux projets viennent s’ajouter à plus de 1 700 autres projets du Fonds Bell qui ont été appuyés par un total de 167 M$ depuis les débuts du Fonds en 1997.

Nous renforçons l’industrie canadienne des médias par nos partenariats. Il est de plus en plus important pour le Fonds Bell d’octroyer des subventions destinées à la recherche et au partage des connaissances. L’année dernière, nous avons soutenu 30 organismes afin de donner une voix à de nouvelles formes de narration et d’échanger des idées sur les technologies émergentes, sur les moyens de stimuler la participation du public et sur le modèle d’entreprise en perpétuel changement.

Nous appuyons des événements lors de festivals et de conférences. Nous cherchons également à célébrer le talent canadien au-delà de nos frontières en accordant un soutien financier à des activités canadiennes au cours d’événements internationaux.

Le Fonds Bell est générateur de qualité, d’innovation et d’excellence. Nous continuons à tracer des voies prometteuses pour la relève, pour les entreprises et pour le développement des technologies émergentes. Ceci est particulièrement évident par l’appui que nous avons donné à des projets de réalité virtuelle (RV), de vidéos à 360° et de réalité augmentée (RA) en 2015. Nous sommes bien positionnés pour explorer cet environnement riche et palpitant; les possibilités sont illimitées. La RV a le potentiel d’améliorer notre compréhension du monde en recréant des expériences qui permettent, par exemple, de visiter la jungle de Bornéo et de rencontrer son peuple autochtone, ou de figurer au centre d’une mystérieuse histoire de meurtre ou même de mettre la main à la pâte en participant à des projets de rénovation et de bricolage. L’année 2016 s’annonce comme celle de la RV.

Nous attendons avec intérêt les résultats de l’appel à commentaires du Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) lors de sa procédure Parlons Télé, sur la révision des Fonds de production indépendants certifiés. Cet appel visait principalement à assouplir le financement de la production canadienne. Le Fonds Bell a été heureux de raconter son histoire au CRTC. Nous avons été touchés par les commentaires réfléchis, positifs et francs de nos nombreux partenaires : associations pancanadiennes de professionnels, groupes d’intérêt, diffuseurs et producteurs indépendants ont tous donné leur point de vue généreusement. Ces commentaires contribueront à solidifier notre secteur et nous aideront à créer le meilleur contenu possible pour les Canadiens et le monde entier.

Les activités du Fonds Bell sont rendues possibles grâce à la contribution annuelle de Bell Télé (qui comprend Bell Aliant et Câblevision du Nord du Québec) et du programme d’avantages de BCE-CTV.

Ensemble, nous avons la capacité d’améliorer continuellement la situation de l’industrie et de soutenir un écosystème de production en plein épanouissement dans les domaines des médias numériques et de la télévision.
Paul Hoffert
Président

Lori Rosenberg

Vice-présidente
En nous appuyant sur nos réussites de l’année dernière, je suis frappée par l’incroyable rythme du changement dans le paysage médiatique du Canada, ainsi que par l’agilité dont fait preuve l’industrie pour rester pertinente et continuer à évoluer. Nous avons appris que, tout en encourageant la création de contenu numérique, nous devons aussi penser à harmoniser nos opérations avec celles de l’ère numérique. L’objectif du Fonds Bell de donner des services simples et agiles a été pensé pour répondre aux besoins de l’industrie. C’est pourquoi, au début de l’année 2015, nous avons été ravis de lancer notre nouveau portail en ligne, qui nous permet de traiter les demandes de financement de façon plus efficace. Les producteurs ont aussi accueilli ce changement avec beaucoup d’enthousiasme. Ce nouveau système permet de téléverser les demandes rapidement et facilement, améliorant le processus grâce à une gestion virtuelle agile et rapide. Nous sommes également en mesure de donner des réponses en temps opportun, tout en tenant notre promesse de procéder à une évaluation approfondie. En offrant un service en ligne, nous avons éliminé le besoin d’un système sur support papier, rationalisant la procédure pour les producteurs indépendants et, en fin de compte, veillant à ce que le plus grand nombre d’entre eux aient accès au Fonds Bell. Nous sommes fiers de pouvoir encore offrir un excellent service, sans pour autant dépasser le plafond réglementaire de 5 % pour les frais d’administration.

Nous croyons à l’importance de mettre nos partenaires sur la voie de la réussite, ainsi que de trouver des solutions pratiques aux défis de l’industrie à l’aide d’outils numériques interactifs. C’est pourquoi nous avons lancé le Programme de développement télé en ligne en 2012 pour appuyer la production de contenu pilote linéaire à tester en ligne. Nous savions que le développement demande du temps, que cette étape est coûteuse et risquée, et qu’elle se déroule malheureusement dans un système fermé dont l’accès au public est limité. Nous avions également pu constater le faible taux de réussite de la conversion de concepts créatifs en productions télévisuelles. En l’espace de quelques années, depuis le lancement du programme, les producteurs et les diffuseurs se sont approprié ce programme pour améliorer leurs outils numériques en utilisant les plateformes de médias sociaux, les plateformes de vidéos en ligne et, surtout, les données analytiques pour faire participer le public. En plus de nouveaux modèles de production, dont une approche de prototypage rapide, ils créent maintenant des relations avec leur public, conquérant un vaste bassin d’adeptes qui testent le contenu et les concepts de diffusion linéaire. En 2015, ce programme a suscité la commande de quelques séries télévisées, dont Tornado Hunters pour CMT, Snapshots pour CBC, PaparaGilles pour ARTV (qui en est à sa deuxième saison) et Lourd, en phase II de développement chez VRAK.

Afin de préparer l’avenir, nous modifions régulièrement nos politiques de demande et de financement pour favoriser l’efficacité et la réduction des besoins administratifs, ainsi que pour permettre un financement adapté à chaque projet. En 2016, nous fusionnerons le programme de production et celui pour les petits budgets de façon à pouvoir accueillir une bonne variété de perspectives et de projets, des budgets modestes aux mégas succès. Nous encourageons la relève à se présenter pour se faire découvrir. Et nous savons bien qu’après avoir financé 1 700 projets à ce jour, l’excellence ne dépend pas de la taille du budget. Nous retirerons donc tous les plafonds budgétaires et continuerons à contribuer jusqu’à 75 % du coût du volet numérique. De plus, tous les projets seront admissibles à recevoir un boni du Fonds Bell correspondant à toute contribution en espèces d’un diffuseur canadien, jusqu’à concurrence de 100 000 $. Nous savons que le changement est la nouvelle norme. Le Fonds Bell vise à être progressiste et attentif aux besoins de ses partenaires pour rester à l’avant-garde du développement numérique.

Le Canada a beaucoup à offrir. Le Fonds Bell souhaite pouvoir contribuer au développement de l’extraordinaire potentiel créatif des producteurs, et nous nous réjouissons à l’idée de faire vivre au public la meilleure expérience de divertissement possible.
Lori Rosenberg
Vice-présidente du conseil d’administration